Catégories
Action Communiqué

Discours de Ni Una Menos et Cri contre les féminicides

Catégories
Communiqué Féminicide

Au sujet du féminicide (?) à Männedorf

Mardi 21 mai, une joggeuse a été attaquée par un jeune homme de 19 ans et est décédée. Celui-ci aurait été nu et l’aurait attaquée. On ne sait pas si l’auteur a choisi sa victime au hasard ou s’il l’a tuée délibérément. Nous souhaitons néanmoins attirer l’attention sur ce meurtre.

La triste réalité des femmes, des personnes trans, inter et non-binaires est qu’elles doivent réfléchir à deux fois avant d’aller faire leur jogging seules le soir. Dès l’enfance, nous apprenons que cela peut mal tourner pour nous si nous ne faisons pas attention. C’est pourquoi il est douloureux pour nous de lire de telles nouvelles, car nous pensons qu’il pourrait s’agir d’un féminicide. Cette incertitude fait également partie de notre travail de documentation des féminicides.

Quoi qu’il en soit, nous voulons rendre hommage à la femme assassinée et présenter nos condoléances à sa famille et à ses ami-exs et leur dire que nous sommes très attristéexs par la nouvelle de sa mort.

Catégories
Communiqué

Aux collectifs féministes: signez l’appel pour une caravane contre les féminicides!

🚲🦼🛺 Appel à une caravane contre les féminicides ✊💜

Mariam à Schaffhouse, Kristina à Binnigen, Ladina à Coire, Eli à Bussigny… Une semaine sur deux, une femme ou une personne considérée comme femme est tuée en Suisse. Les féminicides touchent toutes les couches de notre société, toutes les classes sociales, toutes les régions. Ils ne sont pas des cas isolée ou des affaires privées mais le résultat d’une vioence structurelle qui concerne toute la société.

Nous refusons d’accepter la violence patriarcale comme une normalité quotidienne et voulons nous organiser pour riposter! C’est pourquoi nous invitons toutes les femmes, les personnes non-binaires, inter, trans et agenres à se joindre à une caravane contre les féminicides ⭐ du 28 août et le 1er septembre ⭐. Ensembles, nous parcourrons la Suisse à vélo, en chaisse roulante (tout ce qui roule) et porterons sur les routes les noms, les visages et les histoires des personnes assassinées. Nous nous rendrons dans les endroits ou ont eu lieu des féminicides, nous attirerons l’attention cette violence invisibilisée et nous résisterons au système capitaliste, patriarcal et raciste.

🔥 Avec notre colère, notre amour et notre solidarité mutuelle, nous ferons tomber le patriarcat!

🌿 Comment participer?

Pour les groupes:

  • En organisant un événement ce weekend là dans votre région. Par exemple une manifestation, un atelier, une discussion, un film, une performance, une chanson.
  • En organisant une commémoration ce weekend dans un lieu ou un féminicide à eu lieu. Par exemple accrocher une banderole, planter un arbre, déposer des fleurs, allumer des bougies. Pour trouver les lieux ou des féminicides ont été commis: https://www.stopfemizid.ch/francais

Pour les femmes, personnes féminisées et les personnes queer:

  • En rejoingnant le groupe de coordination et de planification avant la tournée.
  • En pédalant avec nous du 28 août au 1er septembre.

Pour les personnes qui ne sont pas opprimées par le patriarcat:

  • En participant aux aspects organisationnels, par exemple préparer les repas, organiser les lieux d’hébergement, organiser les voitures et les moyens de transport.
  • En transportant le matériel pendant la caravane
  • En faisant de la publicité (distribution de flyers, poser des affiches)

✨ Questions, suggestions et prise de contact : niunamenos@immerda.ch

Catégories
Communiqué Féminicide

7ème féminicide en Suisse en 2024

Elle avait 74 ans. On ne connait pas son prénom mais on promet qu’elle ne restera pas anonyme. On honorera sa mémoire, on se souviendra d’elle et de toutes les autres personnes arrachées à la vie par la violence patriarcale.
Des personnes du voisinages interviewées par les médias expliquent être sous le choc mais pas surpris car le meurtier était un homme colérique. On est souvent désemparé-es face aux hommes violent et à l’incompétence de la police. C’est très difficile de savoir comment réagir au mieux mais ce qui est sûr c’est que ne pas réagir c’est la pire solution. Si vous soupçonnez des violences dans votre voisinage ou chez des proches, n’hésitez jamais à demander de l’aide et des conseils.

Vous pouvez contacter par exemple la Fédération Solidarité Femmes au 077 5355625 ou la helpline lgbtqi par chat via https://www.lgbtiq-helpline.ch/fr.

La police suisse vient de publier les statistiques de la criminalité en suisse en 2023. Il y a eu 53 meurtres. Les collectifs féministes ont recensé 22 féminicides sur la même année. Donc au moins 40% des meurtres en suisse sont des féminicides. Étant donné qu’on a accès uniquement aux infos publiées dans les médias et que le gouvernement ne daigne même pas recenser les féminicides, ce pourcentage est sans aucun doute sous-estimé. Combien de fois on devra hurler pour que ces meurtres de masse soient pris au sérieux?
On nous dit de craindre les ruelles sombres alors que l’endroit le plus dangereux pour les femmes et les personnes sexisées c’est la maison!

Pour notre soeur qui a perdu la vie à Frauenfeld et pour toutexs les autres, on continuera à se mobiliser pour l’abolition du patriarcat et du capitalisme.

Catégories
Communiqué Féminicide

6ème féminicide en 2024

Le samedi 16 mars, une femme de 40 ans a été retrouvée sans vie dans son appartement à Vevey. Son compagnon a été arrêté en tant que suspect et a reconnu l’avoir blessée avec un objet contondant. C’est déjà le sixième féminicide lié à la Suisse cette année et nous sommes à peine en mars. Cela signifie qu’un féminicide a lieu toutes les deux semaines en Suisse. Nous ne connaissons pas le nom de la femme, mais nos pensées vont à elle et aux personnes à qui elle va terriblement manquer. Nous sommes tristes et en colère, mais nous continuerons à nous battre pour toutes les personnes qui souffrent de la violence patriarcale.

Si vous nous prenez unex, nous répondrons toutes !

Catégories
Communiqué

Sans justice transformative, d’autres féminicides auront lieu.

Imaginez la surprise quand on a appris que notre avis est désormais partagé même aux tribunaux… !

« C’est le crime de quelqu’un qui s’estime propriétaire d’une femme. Il ne supporte pas que celle-ci lui échappe et il préfère la tuer. C’est une escroquerie de dire que l’on tue par amour. C’est en réalité pour se venger de ses propres blessures narcissiques. »

Ces derniers jours, le procès d’un homme qui a tenté de tuer son ex-compagne à Courgenay en 2022 a eu lieu à Porrentruy. L’avocat de la défense n’y est pas allé de main morte pour éviter que son client soit condamné pour assassinat, ce dont on a malheureusement l’habitude. Ce dont on a moins l’habitude, c’est qu’une procureure utilise officiellement le terme de féminicide. Et que l’avocat désespéré de sauver son client dise que sans justice transformative, les féminicides ne pourront pas être évité.

Bah oui, on n’arrête pas de le répéter : il faut que les mentalités et le système changent, que le patriarcat soit aboli et qu’on pratique une justice restaurative et transformative au lieu de punitive, pour que les féminicides s’arrêtent !

La tentative de féminicide à Courgenay en 2022 a aussi été révélatrice d’un autre fait que nous soulevons sans cesse : ni la police ni la justice ne nous protégeront, mais seulement notre entourage. L’agresseur venait de sortir de la prison préventive et la victime était en train de déposer plainte contre lui. Lors du procès, elle disait qu’elle était seulement encore en vie parce qu’un voisin l’a attendu crier et est intervenu.

De déléguer notre protection à la police ou à la justice ne fonctionnera pas. Faisons attention les unexs aux autres et défendons-nous ! Ensemble, nous serons plus fortexs.

Catégories
Action Communiqué

Émission de radio! Patriarcat et Police

Ce sont mes amiexs qui me protègent, pas la police

Nous avons rendu visite à « Zack – La radio féministe » de Radio Rabe et nous nous sommes penchéxes sur la question de l’imbrication de la police et du patriarcat. Nous avons parlé du travail que nous menons. L’année dernière, nous nous sommes particulièrement intéresséxes à la raison pour laquelle la police n’est pas une solution pour mettre fin à la violence patriarcale et pourquoi il est important de contredire l’hypothèse selon laquelle seuls l’État et la police nous protègent de la violence patriarcale.
Dans l’émission, nous entendrons également des histoires que des personnes concernées par la violence patriarcale ont partagées avec nous, dans lesquelles la police n’est pas une alliée mais reproduit la violence.
L’émission est dédiée à toutes les personnes qui sont mortes à cause de la violence patriarcale et de la violence d’État. Vous continuez à vivre dans nos luttes.

Catégories
Communiqué International

Pour le 8 mars : appel queer et féministe pour stopper le génocide à Gaza

Le gouvernement d’extrême droite israélien organise un génocide contre le peuple palestinien à Gaza. Plus de 30’000 personnes ont été assassinées, parmi elles plus de 70% de femmes et d’enfants. Après cinq mois d’horreurs, des enfants meurent de faim chaque jour. Une famine organisée par Israël qui empêche les containers de nourriture d’entrer à Gaza.

Ces violences n’ont pas commencé le 7 octobre mais sont la continuation de plus de 75 ans d’expansion coloniale soutenue par tous les gouvernements occidentaux. Ce système d’exploitation coloniale est brutalement lié à l’exploitation capitaliste et patriarcale. Dans ce contexte, la lutte de libération de genre est intrinsèquement liée à la lutte pour la libération nationale palestinienne. Notre engagement féministe nous confronte sans cesse aux relations de pouvoir et à l’exploitation systémique qu’elles engendrent. Notre combat contre le système patriarcal ne peut se mener sans combattre les autres systèmes d’oppression.

Pour ces raisons, à l’occasion du 8 mars, nous appelons toutexs les militantexs queer et féministes à répondre a l’appel de Queers in Palestine et des mouvements des femmes palestiniennes à affirmer leur solidarité avec le peuple palestinien et à exiger que des sanctions soient prises contre Israël.

Nous appelons à défendre la vision de Jewish Voice for Peace selon laquelle en s’organisant on peut démanteler les institutions et les structures qui entretiennent l’injustice et faire naître à leur place quelque chose de joyeux et de vivifiant.

Enfin, nous appelons à soutenir la campagne Shut Elbit down. Elbit est l’un des plus importants fournisseurs de l’armée israélienne qui affirme travailler sans relâche pour soutenir l’offensive sur Gaza et avec qui l’armée Suisse entretient des relations commerciales.

La lutte contre les violences patriarcales est internationale !

Pour un cessez-le feu immédiat Gaza, la fin du blocus et de la colonisation de la Palestine!

Catégories
Action Communiqué Féminicide

En Suisse, un féminicide toutes les deux semaines

Cette série mortelle doit s’arrêter !

La nouvelle année a commencé comme l’ancienne s’est terminée : un féminicide (dont nous avons connaissance) se produit en moyenne toutes les deux semaines en Suisse ! Pour les femmes et les personnes perçues comme des femmes, la Suisse est tout sauf sûre et la menace ne vient pas de l’inconnu dehors, dans la rue.
Que se passerait-il si un entrepreneur influent était assassiné toutes les deux semaines ? Quelle serait alors la réaction des médias, de la politique et de la société ?
Nous refusons d’assister en silence à l’assassinat de nos sœurs et nos adelphes. Si cette violence est actuellement mise sous le tapis, c’est aussi parce qu’elle est nécessaire pour que l’ordre social patriarcal puisse perdurer. Mais nous le disons haut et fort : chaque féminicide peut et doit être évité avec une réaction de nous tous∙texs. Chaque féminicide nous concerne tous∙texs et devrait déclencher un scandale public.

Chaque féminicide est un de trop !
Stop aux féminicides, maintenant !

Catégories
Communiqué

Combien de féminicides occultés en Suisse ?

Grace au travail immense du projet Stop Femizid, les féminicides en Suisse sont enfin rapportés, ce qui a permis d’en dévoiler l’ampleur terrifiante. Mais combien de féminicides restent dissimulés, faute au gouvernement suisse qui ignore le problème au point de ne même pas répertorier ces meurtres de masse ?


Grâce à la confiance et l’engagement de nombreuses militantexs, on a appris que deux féminicides ont eu lieu à Genève en 2023 sans qu’on n’en sache rien. Le premier a eu lieu dans le quartier des Libellules ou une femme enceinte a été tuée de 14 coups de couteaux. Le deuxième dans le quartier de Vernier ou une femme est morte suite à des violences sexuelles. On voudrait souligner le fait que ces deux féminicides dont presque personne n’a parlé se sont déroulés dans des quartiers populaires de Genève. Ce n’est peut-être pas un hasard si des féminicides ayant lieu dans des quartiers populaires ont moins de chance d’attirer l’attention des médias. Parce que dans le système capitaliste, toutes les vies n’ont pas la même valeur.


On a annoncé qu’il y avait eu 22 féminicides en Suisse en 2023, mais maintenant le compte passe a 24. C’est un féminicide toutes les 2 semaines. On se demande combien d’autres vies ont été arrachées par la violence patriarcale dans le silence et l’indifférence. Combien de féminicides dont on ne saura jamais rien ?

Pour ces deux femmes assassinées à Genève et pour toutes les victimes de féminicides, mais aussi pour toutes les survivantexs on doit briser le silence !


On est de plus en plus nombreusexs à unir nos forces pour lutter. Et si on se bat contre ce système patriarcal millénaire, c’est parce qu’on est convaincuexs qu’on peut gagner !