Catégories
Communiqué Féminicide

Carte des féminicides en 2023

Visualiser les endroits ou ellexs ont été tuées, connecter les féminicides avec une ville qu’on connait, un village ou on est passé, ça rend ces histoires plus concrêtes. En Suisse le plus souvent on ne connait pas les noms des victimes de féminicides, la faute à une culture de la vie privée surdéveloppée, au manque de reconnaissance du fait que les féminicides ne sont pas des affaires privées mais des meurtres politiques contre lesquels on doit lutter collectivement. La carte nous aide à rendre une infime partie de l’histoire de ces femmes.


Sur cette carte on voit les fémincides commis en 2023, on peut voir que c’est un problème qui concerne tout le pays, les villes autant que les villages, les vallées autant que les plaines. Si cette carte permet de mettre en lumière les féminicides, elle cache également d’importantes informations. Le 5ème féminicide marqué sur la ville d’Yverdon-les-bains masque le fait qu’il s’agit en fait d’un quadruple féminicide. Un homme a tué sa femme et ses trois filles. Deux féminicides dont les victimes habitaient en Suisse mais ont été tuées à l’étranger n’apparaissent pas non plus sur cette carte. Le premier concerne une femme tuée en Inde par un homme qu’elle fréquentait, le deuxième une femme tuée par son partenaire alors que tous les deux étaient à Pristina pour un mariage. On publie cette carte en envoyant nos pensées les plus sincères aux proches des victimes.

On voudrait pouvoir raconter les histoires de toutes ces femmes, pouvoir garder leur mémoire vivante. On se souvient d’elles dans notre lutte pour prévenir les féminicides.

Catégories
Communiqué

Fémicide ou Féminicide ?

Le concept de fémicide a été élaboré par des féministes aux Etats-Unis dans les années 90 pour désigner des meutres de femmes en raison de leur genre. Des féministes du Mexique développent ensuite le concept et ajoutent la syllabe “ni” à féminicide pour exprimer le fait qu’il ne s’agit pas de meurtres de femmes en tant qu’individus mais de crimes de masse. Il s’agit de tuer les femmes en tant qu’identité. Elles ajoutent un deuxième niveau à la définition qui est celui de la responsabilité des Etats qui entretiennent l’impunité. « Quand l’État est une partie structurelle du problème de par sa dimension patriarcale et de par son attachement à préserver cet ordre, le féminicide est un crime d’État. » [Marcela Lagarde, 2008].


Christelle Taraud, dans son livre “Féminicides, une histoire mondiale” paru en 2022, utilise le terme de “continuum féminicidaire” pour désigner le sytème d’écrasement, de contrôle et de domination des femmes qui conduit aux féminicides. Elle explique comment toute une palette de violences excusables, souvent incorporées et banalisées par les personnes ciblées, telles que l’humour sexiste, les règles de primauté du masculin dans la langue ou le harcèlement de rue rendent possible des violences léthales.


Ce système d’écrasement opprime depuis des millénaires les femmes cis et trans mais également toutes les personnes considérées comme femmes ou ayant été socialisées hors de la masculinité hégémonique. Pour perdurer, lce système à besoin de maintenir divisées cellexs qui s’opposent à lui. C’est justement là que réside notre force, dans la construction d’une sororité et d’une adelphité horizontale, inclusive et tolérante.


Ensembles nous sommes le feu!

Catégories
Action Communiqué Féminicide

Justice pour Jamilia!

Lundi 29 novembre se terminait le procès du féminicide dans le centre d’hébergement collectif à Büren an der Aare. Nous avons assisté au procès au cours duquel le mari de Jamilia a été condamné à 20 ans de prison pour meurtre.

Nous sommes choquéexs qu’aucune mention n’aie été faite concernant la co-responsabilité des responsables du camp d’hébergement et du système d’asile dans sa totalité. Par ailleurs aucune demande n’a été émise quant à la mise en place de mesures de préventions contre la violence patriarcale dans les centres d’hébergements pour personnes migrantes.

Nous dénonçons aussi le fait que la violence est présentée comme un problème individuel et « importé ». Les nombreuses personnes assassinées en Suisse chaque année qui ont auparavant alerté les autorités et tenté de chercher de l’aide – dont Jamilia – sont la preuve que l’État suisse et les organisations qui le représentent font partie du problème et que les féminicides sont bel et bien un phénomène suisse aussi. Nous déplorons également un procès empreint de sexisme où il a été estimé nécessaire de juger si Jamilia aurait eu un amant. Il a été établi qu’il s’agissait d’accusations mensongères du meurtrier mais cette question n’a aucune pertinence dans cette affaire si ce n’est de renverser la relation entre agresseur et victime. La juge a ensuite examiné la possibilité que le meurtre était un crime passionnel, en déclarant : «La question est de savoir si l’accusé est un tyran sanguinaire ou un mari éploré». Elle a finalement conclu qu’un crime passionnel est « caractérisé par une provocation de la part de la victime » et que ce n’était pas le cas ici. Le fait même qu’on puisse encore parler de meurtre passionnel, considérer qu’on pourrait tuer par amour et que cela constitue une circonstance atténuante est absolument scandaleux!

Il est urgent d’arrêter de renverser la culpabilité et de chercher une provocation de la part de la personne tuée. Cela a déjà causé suffisamment de mal. Rien ne justifie d’ôter la vie à quelqu’unex et d’ôter cette personne à ces proches !

Rendre justice à Jamilia et à toutes les autres victimes de féminicides c’est tout faire pour éviter qu’un seul autre féminicide ne puisse être commis!

Catégories
Communiqué

Au sujet de la décision du Conseil fédéral de supprimer les fonds des campagnes de prévention

Le 25 novembre nous seront à la rue pour contester la violence patriarcale. Le 22 novembre, le Conseil fédéral a supprimé sur initiative de Karin Keller-Sutter tous les fonds pur des campagnes de prévention contre la violence domestique, sexuelle et liée au genre à partir de 2025.
« Les féminicides sont des meurtres d’État ». Combien de fois nous a-t-on reproché d’exagérer ? Malgré le fait que plusieurs féminicides ont été commis ces deux dernières années avec des armes que l’État suisse a fourni à des policiers et qui n’ont pas été confisqué au moins dans un cas, malgré des signaux d’alarmes très claires. Malgré le fait que la Suisse a signé la Convention d’Istanbul mais ne l’applique aucunement. S’ajoute à cela la suppression de tous les fonds pours des campagnes de préventions…
Et au niveau des cantons, les masculinistes exercent de la pression pour que les fonds des maisons d’accueil de femmes soient supprimés, ce qui a déjà été intégré dans la nouvelle stratégie d’aide aux victimes du canton de Berne.
Oui, chaque féminicide en Suisse est aussi un meurtre d’État. Organisons-nous, soyons solidaires, apprenons à nous défendre nous-mêmes ! Et soyons dans les rues le 25 novembre contre la violence patriarcale et contre cet État qui défend le patriarcat au lieu de nous protéger !

Catégories
Communiqué Féminicide International

Un enfant sain du patriarcat

« Il n’est pas un monstre, il est un enfant sain du patriarcat, de la culture du viol. Le féminicide est un meurtre d’État, parce que l’État ne nous protège pas. »


Ce sont les mots de la sœur d’une femme tuée en Italie samedi passé. Elle les a prononcés face aux médias qui les ont relayés jusqu’en Suisse. Quelle belle et forte manière de garder haut le nom de ta sœur assassinée ! Nous sommes de tout cœur avec toi et tes proches.
Encore bien trop souvent, les médias et la société représentent les auteurs de violence patriarcale comme des gens sympas, normaux, tranquilles, polis… ou comme « un fils parfait », selon le père du tueur de samedi passé, dans le cerveau duquel « quelque chose a dû exploser ».


Tant que la violence patriarcale est présentée comme quelque chose de malade, d’anormal, de monstrueux et ces actes comme des événements extraordinaires et isolés, il semble qu’on ne peut rien faire contre et que personne n’en porte la responsabilité. Le contraire est vrai : cette violence est produite par un système (le patriarchat) et par une culture. Changeons ce système, changeons cette culture pour arrêter toute cette violence !!


Solidarité avec les proches de Giulia, solidarité avec les proches de toutexs les victimes de féminicides !

Catégories
Communiqué Féminicide

Let’s talk about Sex Work

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris qu’un féminicide, le 19ème cette année, avait eu lieu Richterswil le 11 novembre 2023. La victime était travailleuse du sexe et a été assassinée ce soir-là par un client dans un appartement.

Comme l’écrivent ProCore (Prostitution Collective Reflection) et la FiZ dans un rapport sur la violence dans le travail du sexe, toutes les travailleur-eusexs du sexe ne sont pas concernées par la violence – mais il s’agit d’un domaine ou la violence patriarcale et la précarité sont plus élevées que la moyenne. De nombreux-ses travailleur-eusexs du sexe font l’expérience de la dévalorisation, de la violence et de l’exploitation au quotidien et les assassinats dont réguliers.

Cette violence se fonde sur un rapport de genre hiérarchique et patriarcal, dans lequel la masculinité signifie exercer un pouvoir et un contrôle sur les femmes, les personnes féminisées et les persinnes queers. Les féminicides, comme celui de Richterswil, reposent sur des idées patriarcales selon lesquelles les hommes cis ont le droit de posséder les corps féminins et féminisés. Dans les cas de féminicides, l’auteur et la personne assassinée ne se connaissent pas forcément, comme c’est le cas pour certains féminicides commis sur des travailleuses du sexe.

Nous sommes incroyablement tristes et en colère. Nous pensons à la femme assassinée, à ses proches et à ses collègues de travail. Et nous continuons à nous battre pour un monde dans lequel toutes les femmes et tous les personnes queers pourront vivre librement et sans peur.
Pas un féminicide de plus!

Catégories
Communiqué

Solidarité avec toutes les femmes qui se défendent

Une jeune femme à sauvé la vie de sa mère à Zürich Wollishofen en 2020.


On a appris par la presse que la jeune femme est entrée dans une pièce et à vu son père tirer sur sa mère avec un pistolet et essayer de l’étrangler. La jeune femme qui avait 18 ans à l’époque s’est approchée, l’a poussé et lui a pris le pistolet. Alors que le père menaçait de les tuer toutes les deux, elle a tiré sur lui en autodéfense, sauvant ainsi la vie de sa mère.


Elle se retrouve aujourd’hui accusée de meurtre et devra comparaître devant le tribunal.


On voudrait lui dire qu’on la soutient de tout notre cœur. C’est tellement injuste qu’elle se retrouve sur le banc des accusées alors qu’elle a sauvé une vie.


On en peut plus de cette justice de patriarches qui criminalise les personnes qui se défendent contre des violences patriarcales mais ne fait rien pour empêcher ces violences. En France, Alexandra Richard a été condamnée a 10 ans de prison pour avoir tué en autodéfense son mari qui la torturait et la menaçait. Elle est actuellement en prison. Pour comparaison, Bertrand Cantat a été condamné à 8 ans pour avoir battu à mort sa compagne, l’actrice Marie Trintignant. Il avait déjà commis des actes de violence physique contre plusieurs de ses ex-compagnes.
Dans un pays comme la Suisse ou un féminicide est commis toutes les 2 semaines, on doit lutter pour faire reconnaître le droit à l’autodéfense contre les violences patriarcales. Car l’autodéfense est dans presque toutes les situations le seul moyen efficace pour se défendre. Mais malheureusement il existe de nombreuses barrières qui empêchent souvent les personnes concernées d’y recourir. Plusieurs de ces barrières sont psychologiques et il est possible de les dépasser. Faire changer les mentalités en criant haut et fort que l’autodéfense est légitime permet de casser certaines de ces barrières.

A la jeune femme qui a protégé sa mère, si tu nous lis, saches qu’on est avec toi et on te souhaite énormément de courage pour le procès.


Contactes-nous si on peux te soutenir pour quoi que ce soit.

Catégories
Communiqué

Bertrand Cantat ou la culture du féminicide

Nous aurions bien voulu ne plus devoir perdre du temps à parler de Bertrand Cantat… ! Mais au moment où l’auteur du féminicide de l’actrice Marie Trintignant, qui justifie depuis 20 ans son acte en parlant de son « amour » et de sa « passion » pour sa victime, a le culot de vouloir remonter sur scène, nous apprenons que les noms de Trintignant et de Cantat sont évoqués régulièrement par des rappeurs francophones… et ceci dans des chansons qui glorifient sans mesure la violence faite aux femmes/personnes féminisées et les féminicides.

Nous sommes choquéexs, nous sommes en rage.

Si nous essayons de contextualiser ce phénomène, nous arrivons au constat qu’il existe quelque chose comme une « culture du féminicide », comme il existe une culture du viol. Un ensemble de pensées, d’images, de propos et de comportements qui normalisent, banalisent et justifient la violence physique envers les femmes allant jusqu’au meurtre. 

Il persiste encore des idées encore très profondément ancrées sur la co-responsabilité de la femme/personne féminisée maltraitéex. Le tabou autour des violences physiques continue à exister et ces faits sont renvoyé au domaine privé (dont témoigne l’utilisation de termes comme « drame familial ») dans lequel des personnes extérieures ne sont pas censées s’immiscer. Les femmes et personnes féminisées qui se défendent contre leurs agresseurs sont criminaliséexs et condamnéexs comme si elles auraient dû choisir la mort plutôt que de l’autodéfense (pourtant parfois vue comme légale dans d’autres circonstances, quand il s’agit d’une violence « pas domestique »).

La notion de la culture du viol tout comme celle de la culture du féminicide renvoie également au contexte social qui rend ce genre d’acte pensable voire faisable. Car un féminicide n’est pas un acte d’un individu fou complètement isolé de la société. Dans notre société, les hommes apprennent encore avoir le droit de posséder le corps d’une femme ou d’une personne féminisée (de le regarder, de le toucher, de profiter de son travail gratuit, de le contrôler, d’en profiter sexuellement, de le tuer).

Certes, pas tout le monde écoute du rap français qui prétend qu’il faut tuer une femme/personne féminisée pour être un vrai homme, mais si notre société n’arrive même pas à nommer de féminicide un acte aussi violent que celui qu’a commis Bertrand Cantat, à le condamner fermement et à dire haut et fort qu’on ne tue par passion ou par amour, alors en ce cas, il existe clairement une culture qui produira encore d’autres féminicides. Ces rappeurs décrivent simplement de manière plus crue et plus explicite ce qui ne va pas dans notre société et dans nos socialisations genrées.

Heureusement qu’il existe aussi des musiciennexs génialexs qui créent une culture résolument féministe.

Catégories
Autodéfense Communiqué

L’autodéfense contre la violence patriarcale est légitime !

A la femme de Thonon-les-bains: on pense que tu as agi en autodéfense contre ton compagnon violent. Si c’est la cas, saches que tu as tout notre soutien. 

La presse raporte qu’en mars 2023, une femme a poignardé son compagnon à Thonon, près de Genève. Si aux premiers abords, on pourrait penser que les violences conjugales concernent aussi bien les hommes que les femmes, la réalité est tout autre.  

Alors que les hommes sont violents pour assoir leur possessivité, la violence contre les hommes est en grande majorité exercée en autodéfense. En continuant la lecture on apprend que le compagnon en question a été condamné pour violences conjugales en 2022. On ne sait rien de plus de cette affaire pour l’instant mais il y a de grandes chances que cette femme aie poignadé sont compagnon pour défendre sa vie.  

En tant que campagne de lutte contre les féminicides, on veut crier haut et fort que l’autodéfense contre les violences patriarcales est légitime. A toutes les personnes qui ont choisi la vie et on trouvé un moyen de se défendre, on vous soutien de tout notre coeur.  

A travers le monde, des millers de femmes sont criminalisées pour avoir sauvé leur vie. En France Alexandra Richard est incarcérée, condamnée à 10 ans de prison pour avoir tué un mari qui la torturait.  

Il est primordial de soutenir toutes les femmes, et plus largement toutes les personnes concernées par la violence patriarcale, qui sont criminalisées car elles ont agi en autodéfense. 

Catégories
Communiqué Féminicide

Les femmes âgées, victimes ignorées des féminicides

Elle avait 79 ans, elle habitait à Sierre. On ne connaît pas son nom. Sa voisine la décrit comme une personne douce et souriante. Le 21 mars 2023, son mari l’a tuée a coups de couteau.
Un “drame familial” selon le communiqué de la police. Un meurtre incompréhensible, c’était un homme “si gentil”, rapporte une voisine.
Ces meurtres sont pourtant le résultat d’une barbarie ordinaire, d’une violence systémique. Il ne s’agit pas de meurtres privés commis par des monstres mais de meurtres de masse, dont la responsabilité est collective.
Cette violence brutale n’a pas de limite d’âge et les féminicides de femmes âgées sont souvent ignorés ou minimisés. Pourtant les femmes âgées ont un risque élevé d’être concernées par des violences patriarcales, notamment en raison de l’isolement et de la dépendance financière envers leurs partenaire due à leur retraites plus faibles.
Cette violence n’est pas une fatalité ! Si le système patriarcal invisibilise les femmes âgées, cela ne les empêche pas de se mobiliser. Et quand les femmes âgées luttent aux côtés des jeunes femmes, des personnes trans et queer, le système patriarcal peut trembler.